La sonde lunaire chinoise CHANG'E 5
Chang'e_5_Orbiter_mission_patch.jpg Chang'e_5_Orbiter_mission_patch.png

Badge et logo de la mission Chang'e 5

Chang'e 5 (chinois : 嫦 娥五号, de Chang'e, déesse de la Lune dans la mythologie chinoise) est une sonde spatiale de retour d'échantillons lunaires de l'agence spatiale chinoise (CNSA) développée et construite par la CASC, le principal industriel chinois du secteur spatial. La mission s'inscrit dans le cadre de la troisième phase du programme chinois d'exploration lunaire (CLEP), faisant suite aux orbiteurs Chang'e 1 et Chang'e 2 ainsi qu'aux atterrisseurs Chang'e 3 et Chang'e 4. Les études sur la sonde commencent dès le lancement du programme en , puis le projet est finalement approuvé en . La mission Chang'e 5 T1 est lancée en afin de tester la capsule de rentrée et différentes manœuvres en orbite lunaire.

CLEP%20prog%20lunaire%20Chine.jpg Change%20logo.png

Badge du CLEP et logo de la mission Chang'E-5 avec Yutu, le lapin lunaire de la mythologie chinoise

Contrairement aux sondes soviétiques de retour d'échantillons du programme Luna, la mission Chang'e 5 a recours à la complexe méthode du rendez-vous en orbite lunaire de façon similaire au programme Apollo. L'atterrisseur qui se pose à la surface de la Lune est équipé de trois instruments scientifiques afin de donner le contexte du site de prélèvement : une caméra panoramique (PCAM), un radar à pénétration de sol (LRPR) et un spectromètre visible/infrarouge (LMS). La mission atterrit au nord de l'Océan des Tempêtes sur la face visible de la Lune dans la région du Mons Rümker inexplorée jusqu'ici. Les roches qui s'y trouvent ont un âge estimé de seulement 1,2 milliard d'années, bien plus jeune que les échantillons rapportées par les missions des programmes Apollo et Luna datées d'entre 3,1 à 4,4 milliard d'années. Leur étude doit permettre de mieux comprendre la géologie lunaire, sa chronologie et les derniers évènements volcaniques à sa surface.

Chang'e 5 d'une masse totale de 8,2 tonnes est constitué de quatre modules : l'orbiteur, l'atterrisseur, le module de remontée et la capsule de retour. La mission décolle le 2020 depuis la base de lancement de Wenchang sur l'île d'Hainan à bord du lanceur lourd Longue Marche 5. La sonde est injectée en orbite de transfert vers la Lune, puis l'orbiteur freine pour placer les quatre modules en orbite lunaire le . L'atterrisseur se sépare le puis se pose sur la Lune le . Un bras robotique et une foreuse prélèvent pour un maximum de 4 kilogrammes d'échantillons jusqu'à 2 mètres de profondeur puis les transfèrent dans le module de remontée. Ce dernier décolle le et s'insère en orbite autour de la Lune. Il effectue un rendez-vous spatial et s'amarre automatiquement avec l'orbiteur le , les échantillons sont ensuite transférés dans la capsule de retour. Le module de remontée est séparé, puis le l'orbiteur manœuvre afin de quitter l'orbite lunaire en direction de la Terre. Après son largage puis sa rentrée atmosphérique, la capsule se pose avec succès en Mongolie-Intérieure sous parachute le , avec 1 731 grammes d'échantillons.

La Chine devient avec Chang'e 5 le troisième pays après les États-Unis et l'Union Soviétique à ramener des échantillons lunaires sur Terre. La dernière mission de ce type était la sonde soviétique Luna 24 en . (source Wikipédia)

chang%20plan.png

Chang%20China-Lands-on-Moon-in-Mission-to-Collect-Lunar-Samples.jpg

Chang%205%20pose.jpg

chang%20lune%20panorama.jpg

chang%20recup.jpg
Récupération de la capsule de retour avec les échantillons lunaires

China%20echantillon.jpg
Echantillon de sol lunaire exposé au public